Les bas fonds

de MAXIME GORKI

 

       

metro

theatre

  traduction du russe par Youlia Zimina
mise en scène par Serge Sàndor,
                                         assistante de la mise en scène : Youlia Zimina
IA_BFOND
Dans les Bas Fonds, tous les personnages sont uniques. Ils ont épuisé le jeu social; ils se jettent dans le squelette  de la vie d’où surgit « une autre réalité », plus impitoyable,qui va à chaque instant les questionner, les enrichir. Ils transcendent donc, comme ils le peuvent,leur quotidien. Ils le font à travers l’alcool, les mots,  l’amour, la littérature, le voyage…Le théâtre redonne enfin  la parole aux exclus en accueillant des hommes et des femmes échappés des « Bas Fonds ». Ce texte plus que tout autre, restitue cette parole dans son intégrité, mais hélas ausssi, dans son actualité. Pour plonger au plus près dans ce réel, qui mieux que les modèles de Gorki pouvaient devenir les acteurs d’un soir qui porteraient cette oeuvre poétique sur les planches au-delà du pavé ? Et voilà que le temps des représentations, les sans-logis, grâce à l’audace de l’équipe qui les accueille, élisent domicile à Chaillot…
Serge Sàndor

La pièce a été  jouée au théâtre  national de Chaillot, salle Gémier du 8 octobre au 18 octobre 1998

avec :Rémy Baudiffier, Xavier Bizet, Aurélie Coeffic, Elina Dumont,Marta Elong Bellé, Jean-Gérard Leblanc, Jean Letienne, Jean-Paul Lopez, Jean-CLaude Malleron, PAM, Pascal Mandet, Pierre Menier, Lucien Raobelina,Mike Salter, Sylla Yamoussa.
Collaboration artistique et adaptation Marie Saint-Dizier, coordinatrire Elina Dumont, scénographie et costumes Jean Bauer, direction  chant Georgina Aguerre, Anna Andreotti, Chorégraphie Jean-Marc Hoolbecq, Sophie Mayer, lumière Hervé Garry, son Jérôme Vicat-Blanc. Production : Compagnie du Labyrinthe – Décor et costumes :  Patrick Téroitin, Lumière : Alain Postic, Répétiteurs : Luc Batani, Ysabel Payet

avec le soutien de :
Ministère de la Jeunesse et des Sports, Ministère de la culture,DRAC Ile de France, la Préfecture de Paris Mission Ville, France-Libertés Fondation Danielle Mittérand, la fondation RATP, Au large de l’Eden

Qui tombe de haut revient de loin

theatre

Qui tombe de haut revient de loin de Juli Disla

Combien de fois avons nous rencontré une personne dans notre quotidien, à qui nous n’avons jamais osé parler, bien que le désir nous y poussait?

Un homme et une femme autour de leurs poubelles transgressent cette règle qui veut que les voisins s’épient sans jamais se parler. Ils tentent une relation impossible, après de nombreuses rencontres dans ce lieu ou tout se jette, ce lieu de l’expiration. Ils se disent bien des choses, en désirent d’autres, se mettent à rêver, mais le pouvoir de la frustration, de l’interdit et des tabous les renvoient à leur solitude.

Le rire, l’humour, la diversion, tout est bon pour éviter le pire ou le meilleur, s’aimer simplement ou se consumer un soir

Traduction adaptée : Serge Sandor                                     Photographie     Claire Rado

avec Caroline Michel et Fabien Orcier                                 Régie   Françoise Rocheman

Mise en scène : Serge Sandor                                            Relation presse Maria Minaya

Assistant à la mise en scène : Victor Costa     José Vte.Sanjuan

Création lumière Hervé Gary                                               Administration   Cristina Fasanar

Création de l’affiche : Engloba                                Production executive   Françoise Rocheman

Remerciement : Jose Maria Conget, Paqui Roda, José Adolfo Vedri, Emilio Garrido, Juan Verdu, Ita Aagaard, Pepe Agost, Rafael Poveda, Enrique Navarro

 

 

Secto

theatre

Écriture de Serge Sándor, mise en scène de Daisy Amias aux Rencontres de la Cartoucherie de Vincennes & lecture « Lire en Fête » 2004

-Genre : Drame en un acte.

-Thèmes : Le viol, la violence des pulsions, la femme détruite.

– Personnages : 2 hommes – 1 femme

Deux hommes sont auprès de leur victime, une femme violée. L’un est prêt à plonger encore plus loin dans l’horreur, l’autre hésite.

 

 

Un revolver pour deux

theatre

Mise en scène de Serge Sándor avec Jean-Michel Noirey et Marie Bessac à l’Eden Théâtre – Paris 20ème en 1987

-Genre : Drame contemporain

-Thèmes : La prison – les univers cloisonnés – l’amour.

 

– Personnages : 1 homme – 1 femme

 

Un homme après avoir passé cinq années en prison retrouve sa petite amie, son ancienne victime. Elle est mariée, ils se désirent, et tous les deux sont armés.

 

Pygmées

theatre

Pygmées a été écrit par Serge Sándor

Mise en scène de Patrick Pineau et Sylvie Orcier avec David Burztein et Fabien Orcier au Théâtre Gérard Philippe de Villeurbanne en 1995.

-Genre : Comédie dramatique

 – Thème : La gémellité – Le couple

-Personnages : 2 hommes

Deux frères vivent ensemble dans l’opulence. Ils se sont reclus pour fuir le monde et ses dangers. L’un est un nostalgique, aigri. L’autre s’ennuie et ressent la nécessité de s’extraire de cette relation, son frère ne peut en faire le deuil.

Edition du Crater, coll Théâtre en Coulisses, novembre 1998.

Le prénom

theatre

Le prénom de Juli Disla

Combien de fois avons nous rencontré une personne dans notre quotidien, à qui nous n’avons jamais osé parler, bien que le désir nous y poussait? Un homme et une femme autour de leurs poubelles transgressent cette règle qui veut que les voisins s’épient sans jamais se parler. Ils tentent une relation impossible, après de nombreuses rencontres dans ce lieu ou tout se jette, ce lieu de l’expiration. Ils se disent bien des choses, en désirent d’autres, se mettent à rêver, mais le pouvoir de la frustration, de l’interdit et des tabous les renvoient à leur solitude.

Le rire, l’humour, la diversion, tout est bon pour éviter le pire ou le meilleur, s’aimer simplement ou se consumer un soir

 

Traduction adaptée : Serge Sandor                                     Photographie     Claire Rado

avec Caroline Michel et Fabien Orcier                                 Régie                 Françoise Rocheman

Mise en scène : Serge Sandor                                             Relation presse Maria Minaya

Assistant à la mise en scène : Victor Costa                                                  José Vte.Sanjuan

Création lumière Hervé Gary                                               Administration   Cristina Fasanar

Création de l’affiche : Engloba                               Production executive   Françoise Rocheman

Remerciement : Jose Maria Conget, Paqui Roda, José Adolfo Vedri, Emilio Garrido, Juan Verdu, Ita Aagaard, Pepe Agost, Rafael Poveda, Enrique Navarro

Juste avant la rivière

 

theatre

Juste avant la rivière écrit par Serge Sándor , mise en scène de Gilles Bourrasseau à Bures sur Yvettes en 2004Publié chez Alna éditeur

affiche_justeBures

Genre : Texte dramatique

 -Thèmes : La peine de mort – La violence urbaine

 -Personnages : 2 hommes

Dans les couloirs de la mort, un jeune homme passe sa dernière nuit en prison juste avant sa condamnation tandis que son geôlier se prépare à ce sacrifice. Ils auront ensemble une conversation improbable.

Autres mises en scène : de Ricardo Ferraro, Rencontres à la Cartoucherie de Vincennes en 1998 et de Peter King Rencontres à la Cartoucherie de Vincennes en 1996